POITRINE_D_AGNEAU_roule_a_la_chair_de_MERGUEZ_une_tranche

Voici mon plat du jour, des tranches de poitrine d'agneau roulée à la chair de merguez et asperges vertes, un plat savoureux et sans difficulté pour sa réalisation.

Tout a débuté grâce à la découverte de cette appétissante et originale présentation de viande chez mon sympathique boucher, Mathieu Bertacco à Saint-Etienne de Tulmont (82). 

POITRINE_D_AGNEAU_roule_a_la_chair_de_MERGUEZ

Et puis, un bonheur n'arrivant jamais seul, je venais d'acquérir une botte d'asperges vertes chez Frank Morreau producteur de légumes Bio à Négrepelisse (82). 

ASPERGES_vertes_botte

Alors avec d'aussi belles asperges, la recette fut toute trouvée : simple, rapide, mais sacrément délicieuse !

1.Cuire les asperges à la vapeur ; 

ASPERGES_vertes_dans_l_egouttoir

2.Puis, poêler ces mêmes asperges au beurre et les assaisonner de fleur de sel et de poivre du moulin. Les réserver au chaud ; 

ASPERGES_vertes_fricassant_dans_une_poele

3.Dans une poêle, faire chauffer une cuillerée à soupe d'huile d'olive, déposer alors les tranches de poitrine d'agneau roulée, bien les griller sur les deux faces, assaisonner légèrement de fleur de sel et de piment d'Espelette. 

POITRINE_D_AGNEAU_roule_a_la_chair_de_MERGUEZ_dans_la_poele

4.Il ne reste plus qu'à dresser les asperges et les tranches de poitrine d'agneau roulée sur une assiette en bois (par exemple) et de passer à table sans tarder !

NB : Puisque en cuisine, rien ne se perd, j'ai déposé sur chaque assiette le reste de ma sauce réalisée pour la côte de bœuf du 26 avril. 

POITRINE_D_AGNEAU_roule_a_la_chair_de_MERGUEZ_et_asperges_vertes

Pour accompagner cette délicieuse préparation, l'excellente cuvée « Clos Triguedina » de Jean-Luc Baldès à Vire-sur-Lot (46) s'est révélée parfaite grâce à ses 85% de Malbec, 10% de Merlot et 5% de Tannat. Découvrir notre reportage sur ce remarquable domaine viticole dans le N°10 de « GOURMANDISES ». 

CLOS_TRIGUEDINA_rouge_Malbec

À propos des asperges :

Probablement originaire du bassin méditerranéen, l’asperge était déjà consommée, le plus souvent à l’état sauvage, chez les Égyptiens. Pour les Grecs, ce légume était voué à Aphrodite, déesse de l’amour et vendu pour ses propriétés aphrodisiaques. Les Grecs s’intéressaient également aux qualités biologiques et pharmacologiques de l’asperge qui contient notamment de l’asparagine reconnue pour ses qualités diurétiques. Les Romains en développèrent la culture, mais ce légume restait un mets réservé aux riches gastronomes. Un peu oubliée ensuite, l’asperge devait réapparaître à la Renaissance et retrouver la faveur des gourmets. Produit de luxe, l’asperge était appréciée des rois et des princes. Henri III en servait à ses mignons et Louis XIV l’exigeait sur sa table en toute saison : ainsi, pour satisfaire son désir, Jean-Baptiste de La Quintinie, créateur du Potager du roi à Versailles, mit au point un système de culture sous abri et en «couche chaude», permettant une récolte pratiquement toute l’année. Ensuite l’asperge commença à se démocratiser au XIXe siècle lorsque les cultures se répandirent en région parisienne d’abord (près d’Argenteuil, Bezons et Epinay), puis dans le Val de Loire dans les années 1870. Enfin, elle allait conquérir l’Aquitaine, la Provence et le Midi de la France. De nos jours, près de quatre variétés d’asperge existent en France et douze dans toute l’Europe. Les différences de couleurs sont dues à des modes de culture distincts et non à des variétés différentes. L’asperge dite « blanche » est récoltée dès qu'elle sort de terre, la « violette » est récoltée quand elle a émergé de quelques centimètres et la « verte » est cueillie lorsqu'elle mesure une quinzaine de centimètres. 

ASPERGES_differentes_couleurs_selon_le_mode_de_culture

Découvrir notre grand reportage sur les asperges dans le N°10 de « GOURMANDISES ».

Consulter toutes les infos du magazine « GOURMANDISES » sur le site :

https://asso-gourmandisesetgourmets.com/ 

CARTE_de_VISITE_GOURMANDISES_web