FANTASIA_Maroc_les_cavaliers_rassembles_avant_la_charge_Mouloud_de_Meknes

Mentionnée à partir du XVIIIe siècle par les récits de voyageurs au Maghreb, la fantasia marocaine est l’héritière de l’équitation Arabo-Turco-Berbère. Elle sera définitivement connue, et prendra ce nom de fantasia, dès 1832, grâce aux récits d’Eugène Delacroix et à ses innombrables tableaux qui vont immortaliser cet art équestre. En effet, le 6 mars 1832, ce célèbre peintre accompagne le comte Charles-Edgar de Mornay auprès du sultan marocain et assiste à Garbia, puis à Meknès à ses premiers « jeux de poudre ». Il en note alors la splendeur dans son journal.

BARBE_Cavaliers_FANTASIA_galop_profil_ElJadida

Au Maroc, la fantasia, appelée aussi Tbourida, fait partie du patrimoine culturel ; c’est une tradition hippique tribale, rurale et religieuse rigoureusement codifiée et toujours largement pratiquée, notamment lors de moussems, pour fêter les semailles, les moissons  ou célébrer un saint.

FANTASIA_Maroc_ambiance_et_preparation_avant_les_charges_Mouloud_de_Meknes

Cette exhibition équestre qui met en valeur la maîtrise unissant l’homme et sa monture,

FANTASIA_cheval_Barbe_harnache_et_son_cavalier

principalement le cheval barbe, est dirigée par un chef de troupe, le mokadem. Les cavaliers habillés de pantalons bouffants et djellabas immaculées, chaussés de bottes en cuir brodé « t’mag »,

FANTASIA_Maroc_vetement_du_cavalier_bottes_en_cuir_brode_

portant en bandoulière un sac en cuir ou en velours « dalil elkhayrate », tiennent à la main leur long fusil le mokahla qui se transmet de génération en génération. Chaque chevauchée s’élance en ligne sous les ordres de son mokadem, galope  jusqu’à un arrêt net face à la foule et l’ensemble des cavaliers tire alors à l’unisson, en l’air ou vers le sol, une salve appelée le  baroud.

FANTASIA_Agadir_charge_de_face_le_baroud

Contemplée par les spectateurs, appréciée par les connaisseurs et objet de toutes les fiertés de la part de chaque cavalier, la selle de fantasia, somptueusement brodée de fils d'or ou d'argent, est toujours une pièce unique réalisée sur commande par les maîtres artisans (les Maâlmin) des médinas de Fès, Meknès ou Marrakech.

FANTASIA_Maroc_harnachement_selles_brodees_aux_fils_dor

FANTASIA_Maroc_selles_et_tapis_de_selle_brodes_aux_fils_dor

Ces véritables chefs d’oeuvre se composent de nombreuses pièces très spécifiques : tout d’abord d’un arçon en bois de noyer, appelé « l’aadam », surmonté d’un pommeau élevé le « karbouss » et d’un haut et large troussequin la « Guedda », le tout enserré par une peau de chèvre qui se rétrécit en séchant et maintient ainsi solidement l’ensemble. Pour protéger le dos du cheval, cet arçon repose sur un épais tapis constitué de 7 couches de feutre superposées et de différentes couleurs qu’on appelle « tarchih ». Viennent ensuite les éléments brodés comme le tapis de selle « ziff », le cache arçon « elghabara », le collier « l’glada », la têtière et le chasse-mouches « tachkra », la bricole « dir » et les œillères « kob eljam ».

FANTASIA_Maroc_harnachements_de_tete_orne_de_fils_dor_CHEVAL_BARBE

Le tout est complété par les sangles « lhzam, dir sgher », les rennes « srâa », Le mors spécial pour la fantasia « fass », les étrivières « sbet » et enfin les étriers en cuivre ciselés ou en métal damasquiné « rkab ».

Ainsi, on comprend mieux pourquoi la fantasia, avec sa profusion de couleurs éclatantes, était l’un des sujets de prédilection des peintres orientalistes tels Eugène Fromentin, Étienne Dinet, Jean-Léon Gérome, Jacques Majorelle, Horace Vernet et plus récemment les regrettés Jean-Gaston Mantel, Hassan el Glaoui et tant d’autres artistes passionnés par cet art équestre ancestral.

FANTASIA_Maroc_harnachement_complet_orne_de_fils_dor_CHEVAL_BARBE

Françoise PEURIOT et Philippe PLOQUIN

Découvrir notre banque d’images sur :

http://phototheque-peuriot-ploquin.com/piwigo/index.php?/tags/329-fantasia

http://phototheque-peuriot-ploquin.com/piwigo/