L'homme, quelque part entre deux infinis

A la fin du XIX ² siècle, H. Poincaré (1854-1912) et A. Einstein (1879-1955), qui s’intéressaient aux problèmes de synchronisation des horloges – le premier au bureau des longitudes à Paris, le second au Bureau des brevets à Zurich – , se mirent à douter de l’existence  d’un espace et d’un temps absolus. Le simple geste de synchroniser des horloges soulevait, au-delà des questions techniques, le problème fondamental suivant : les pendules de ces horloges, battant à l’unisson sur la table de travail, allaient-elles continuer à le faire si l’une des horloges était chargée sur un bateau ou sur un train ? Ils arrivèrent l’un et l’autre à la conclusion que c’était théoriquement impossible.

« L'homme, quelque part entre deux infinis »
Essai
Michel Gaudichon
Éditions L'Harmattan
Collection Acteurs de la Science
Sciences et techniques Europe
format : 15 cm x 24 cm
234 pages
Prix de vente : 25 euros